29/01/2015

Concours de poésie : report de la date de cloture

Les établissements scolaires viennent de rouvrir. Nous nous en réjouissons, ça signifie qu'on se sent prêt à contrer Ebola. Effectivement, d'après les données de l'OMS, l'épidémie recule . Merci aux Guinéens qui ont su se discipliner, Merci à l'aide internationale, Merci à tous les personnels soignants qui ont risqué et risquent encore leur vie au service des malades.
Néanmoins, vous, lycéens et étudiants qui souhaitez participer au concours, vous venez juste d'en être informés,Aussi nous  donnons une semaine de plus pour rendre les textes et les attendons pour le 23 février, dernier délai selon les modalités prévues dans le règlement consultable en ligne.

règlement disponible aux éditions Ganndal (Face Pharmacie Centrale de Guinée à Dixinn)
au Centre Culturel Franco Guinéen (Pont du 8 novembre)

Bonne chance à tous

20/01/2015

Concours de poésie : précisions

Quelques précisions sur le règlement du concours de poésie
- Le concours est ouvert à tous les poètes à partir du Lycée (11° année) et sans limite d'âge supérieure
- Les participants ne concourent que dans une catégorie. (Libre ou Ebola)
- et n'envoient qu'un seul texte : longueur maximum 28 lignes, titre obligatoire,
- accompagné de la copie d'une pièce d'identité et des coordonnées du participant (sur une feuille différente du poème).
Le texte du règlement est disponible aux éditions Ganndal, (en face de Pharmacie Centrale de Guinée à Dixinn) au CCFG (Près du pont du 8 novembre), sur le blog des éditions Ganndal, sur la page Facebook de "Poésie sur les murs"  https://www.facebook.com/poesiesurlesmurs2015?fref=ts.
Pour ceux qui se sentiraient frustrés de ne pouvoir envoyer qu'un seul texte, vous avez la possibilité d'en proposer à l'affichage libre. La longueur du texte n'étant limitée que par l'espace réservé à cet effet. (les murs de la salle d'exposition du CCFG).

Vous avez jusqu'au 15 février pour déposer vos textes pour le concours et jusqu'au 1 mars pour l'affichage libre.
bonne chance et n'hésitez pas à vous lancer !
règlement complet


09/01/2015

La Culture guinéenne en deuil.

Le sort vient de frapper durement la grande famille des hommes de Culture de Guinée.

A-T Cissé (à dr.) en compagnie de
Lilian Thuram (centre) et Aliou Sow (à g)
Ahmed Tidjani Cissé, Ministre de la Culture et du Patrimoine Historique vient de nous quitter. Plus qu’un politicien, il aura surtout marqué la mémoire collective nationale par ses talents d’homme de culture : écrivain, poète, comédien, dramaturge, metteur en scène et chorégraphe à la fois. 
Auteur-phare aux Éditions Ganndal, Ahmed Tidjani Cissé a régulièrement publié au cours des 15 dernières années dans cette maison qu’il a soutenue par sa créativité et son sens élevé du devoir de restitution de l’héritage culturel commun.
Parmi ses oeuvres, citons les plus connues :
          Les Chroniques Assassines (recueil d’articles satiriques publiés dans le journal le Lynx)
-          1789 en l’Isle Saint Louis du Sénégal
-          Maudit soit Cham ou la résurrection de Pompolipo
-          Naby Yoro ou le géant de Matakan
et,
-          A paraître : La rentrée parlementaire (pièce de théâtre sur son expérience de député)
Plus qu’un frère et un ami, Ahmed Tidjani Cissé aura été un allié pour nous, en témoigne la remise de son tout dernier manuscrit “La rentrée parlementaire” a juste trois jours de son départ pour son dernier traitement médical en France. Comme à l’accoutumée, il avait voulu achever l’oeuvre de création entamée, malgré le poids déjà grandissant de la maladie.
Au nom de toute l’équipe des Éditions Ganndal, repose en paix cher ami et grand frère.

Aliou Sow

Directeur Général

Le monde (des idées) blessé


Nous, éditeurs indépendants, nous sommes Charlie

Après l’attentat ce 7 janvier 2015 au siège du journal deCharlie Hebdo, l’ensemble des 400 éditeurs de l’Alliance internationale des éditeurs indépendants adresse aux proches des victimes ses condoléances les plus attristées.
Aujourd’hui plus que jamais, la solidarité est de mise— nous pensons aux journalistes, aux dessinateurs de presse et aux éditeurs des quatre coins du monde qui risquent leur vie pour la liberté d’expression. Nous espérons également que ces événements dramatiques n’engendreront pas une montée de l’islamophobie et de la xénophobie en Europe.
Nous continuerons avec détermination et conviction, tel que nous l’avons exprimé dans la Déclaration de Dakar (2003), la Déclaration de Paris (2007) et celle du Cap (2014)à œuvrer aux côtés des journalistes, des auteurs et des créateurs pour lutter contre toute forme d’oppression de la parole, à défendre l’équité d’expression partout dans le monde.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       Le 9 janvier 2015,  
les 400 éditeurs indépendants de 45 pays dans le monde