10/03/2019

Livre Paris 15-18 mars 2019

La 1ère lectrice française
du livre de Mabety Soumah
Salon du livre de Paris 15-18 mars 2019
Ganndal y sera sur le stand Guinée E123
Cheick Oumar Kanté dédicacera ses livres le dimanche après midi.
A découvrir :
Un amour de parapluie d'Adrienne Yabouza
Grand Sanga Maître féticheur, preneur de sorciers de Boubacar Diallo
En attendant la Lune ... de Mabety Soumah
Bras de fer pour un ballon d'Augustin Mansaré de la collection Gos&Gars
et les merveilleux albums illustrés par Irina Condé : L'orage de Kidi BebeyBobo a peur du chien de Saliou Bah
et bien d'autres titres encore ...

01/03/2019

"Sur les murs, la Poésie" sixième édition


Pour la 6ème année consécutive, la poésie va s’afficher sur les murs du CCFG.

affichage libre à la Prévert en 2017
Cadeau des éditions Ganndal et du CCFG aux poètes : un mur d’expression poétique.
Ce mur est un défi !
Un mur d’escalade en haut duquel on veut grimper et si possible arriver le premier ! Pour ceux qui participent au concours.
Ce mur est aussi un outil de promotion : les poètes peuvent s'y afficher librement, en français ou dans leur langue maternelle. La presse est invitée à l’événement et elle le soutient en publiant les textes lauréats du concours ou un texte hors concours qui touche un journaliste.
Nous aurons cette année :
- Les lauréats du concours.
un concours dont le thème est "20 ans". 20 ans comme les 20 ans du CCFG fêtés tout le long de l’année. Mais 20 ans c’est bien autre chose qu’une date anniversaire ou le temps d’un bilan,

26/02/2019

Des livres pour réapprendre à lire

Nous ne voulons pas terminer ce mois de février , pendant lequel nous avons encouragé l'écriture pour "Un monde sans mur"  sans partager une lettre qui montre que les livres que nous éditons peuvent être lus en France et servir de passerelles entre les cultures :

« L'accueil des jeunes migrants africains, petits lecteurs, est un véritable défi pour qui souhaite les embarquer dans l'univers du texte. Déchiffrer, assembler, comprendre, imaginer nécessitent des habiletés complexes qui butent vite sur un écart culturel rendant encore plus difficile l'accès au sens.
Avec les éditions Ganndal, éditions guinéennes destinées à des enfants et des ados guinéens, c'est l'Afrique qui pénètre directement dans les salles de cours. Les élèves et apprenants retrouvent un univers qui leur est familier. L'évocation des petits métiers, des histoires locales, des récits de jeunes, des contes et des documentaires sont autant de sentiers et de ponts qui permettent de franchir les obstacles linguistiques en limitant la distance culturelle entre les mondes.
Les dizaines de jeunes migrants que nous avons accueillis dans notre Association ont raffolé

15/02/2019

Fenêtre sur rue

Ce recueil de nouvelles regroupe les 4 textes primés en 2018 par le CIRD pour le prix littéraire Williams Sassine.
On a tellement de réalités qu'on n'écrit pas avec l'imagination... Il suffit d'ouvrir sa fenêtre, d'ouvrir sa porte, il suffit de faire 100 mètres dans la rue pour que vous voyiez des choses qui défient l'imagination. (William Sassine)
Tel était le sujet proposé aux écrivains en décembre 2017. 
4 textes ont été primés par un jury international (dont Véronique Tadjo et Olivier Rogez) : Pour l'amour d'un père par Alimou Sow; Panne d'inspiration par Ibrahima Balaya; La petite albinos qui mendiait sous l'échangeur par Saliou VII; Une histoire alimentaire par Ezy Fouédé.
Truculentes ou graves, ces 4 nouvelles plongent au cœur des réalités africaines et laissent augurer de nouveaux talents. 
Distribué par le CIRD dans les bibliothèques, le livre est disponible en ligne ici

09/02/2019

Pour un monde sans murs


Un monde sans murs ? On en rêve.
Depuis une semaine « Sur les murs, la poésie » a ouvert son mur aux poètes en réponse à l’invitation du World Poetry Movement 
Pendant tout le mois de février, les poètes du monde entier sont invités à s’exprimer autour du thème « Pour un monde sans murs ».

05/02/2019

la lecture à l'honneur au groupe scolaire Phénix International

"Le Groupe Scolaire Phénix International  est une école dynamique en grande banlieue de Conakry, à Sonfonia Casse, dirigé par Dr Moumini Diallo et son épouse Juliana Diallo. Ils y  développent des méthodes d'enseignement modernes et actives basées sur le développement psychologique des enfants. Comme partout en Guinée, dans les familles on communique dans les langues locales,  mais l'enseignement à l'école élémentaire doit se faire en français.
l'heure du conte avec les petits
L'équipe pédagogique se donne pour mission de faire acquérir le français aux enfants de la maternelle de façon à les préparer à l'enseignement en français de l'école primaire.
Pour y parvenir, les chansons, les poésies, les comptines sont à l'honneur mais aussi les albums exploités pour mener un grand nombre d'activités en classe. L'histoire et les images qui l'accompagnent sont essentielles pour apprendre une nouvelle langue.

30/01/2019

"Pour un monde sans murs", faites en un poème


Les poètes du monde entier (WorldPoetry Movement ) se mobilisent pour « un monde sans murs ». Nous partageons leur préoccupation et rejoignons les amis colombiens qui nous ont sollicités.
« Nous pouvons voir que dans différents points du monde (Amérique, Europe, Moyen Orient, Inde…) de nouveaux murs s’élèvent, divisant les peuples. Des murs concrets faits de barbelés ou invisibles, mais très hauts, bâtis sur l’argent et les inégalités.
En tant que poètes, participant au Mouvement Mondial de Poésie, nous prenons position pour un monde libre de toute discrimination entre les peuples du fait de leur couleur, de leur identité, de leur statut social, de leur sexe ou de leur croyance.
La Poésie est un moyen de faire tomber les murs entre nous et ceux qui sont à l’intérieur de nous mêmes.

19/01/2019

Bibliodiversité et Auto-édition

La Bibliodiversité est une valeur à laquelle Ganndal est profondément attaché comme de très nombreux éditeurs africains,  membres de l'AIEI (Alliance internationale des éditeurs indépendants).
Un phénomène prend de l'ampleur depuis le début de ce siècle, sans être nouveau cependant : l'auto édition, favorisée par le développement d'Internet dans le monde entier.
Qu'en est-il exactement? ce numéro spécial de la revue Bibliodiversity fait le point et montre les avantages que les auteurs peuvent en tirer, tout en pointant les failles qui se dessinent ici et là. 

Sans en faire le procès, les articles montrent que

07/01/2019


BONNE ET HEUREUSE ANNÉE 2019 !


Imaginez une seconde que ce soit la première illustration d’un roman,
Rentrez dans ce paysage insolite…

Laissez courir votre imagination et rêvez la 

suite…

Les éditions Ganndal vous souhaitent une

année 2019 riche en rêves, en histoires vraies

ou imaginaires, que vous partagerez autour 

de vous pour le bonheur de tous !

20/12/2018

Salon du livre jeunesse: des idées pour amener les livres vers les jeunes

Deux invitées passionnantes Lydie Brou et Nadia Essalmi ont partagé leurs expériences avec nous pendant le  salon du livre jeunesse.
Qu'elles aient créé des bibliothèques dans les écoles ou organisé des séances de lecture familiales, elles se sont battues et continuent de militer pour que les enfants lisent.
Parmi les idées retenues, voici quelques idées simples mais vraiment réalisables. Commençons par ce qu'on peut faire dans les écoles puisque une grande majorité des enfants y vont.  Lydie Brou est la "Maman Bibliothèque" en Cote d'Ivoire. Elle souligne un point essentiel, si on veut  créer une bibliothèque scolaire ou un coin lecture, dans une école, 
dans tous les cas, il faut une volonté du fondateur,  de la direction et de l’équipe des enseignants, l’adhésion au projet de la commission culturelle et de l’APE, et un désir des élèves.

- Faut il de suite prévoir une salle de bibliothèque qui implique une personne pour s’en occuper et un aménagement des horaires de cours pour que les élèves puissent y aller travailler ? C’est certainement l’idéal mais le plus contraignant financièrement.
- On peut avancer avec des idées plus souples
Commencer par une armoire , une valise ou une caisse de livres au fond de la classe et créer « un coin lecture »
Comment l’alimenter ?
Une idée toute simple si les enfants ont des livres à la maison et veulent bien les prêter à la classe.
On demande aux élèves d’apporter chacun un de leurs livres dans la classe. 40 élèves ? 40 livres. Chaque livre « tourne » entre les élèves. Voilà plusieurs mois de lecture assurés. Au bout de 6 mois on recommence.
Variante : l’élève offre cadeau le livre à la classe, tous les ans chaque élève apporte un nouveau livre, en quelques années une bibliothèque est constituée.
Et on alimente tous les ans avec un livre par enfant.
Comment ça marche ?
La gestion de ce point lecture est des plus simples : le Maître inscrit chaque livre dans un cahier.
Dans un premier temps les livres restent dans la classe, mais dès que les enfants ont fini leur travail, ils ont l’autorisation d’aller prendre un livre dans le coin lecture et de le lire.
Quand les enfants auront pris l’habitude de lire, et si le maître pense qu’ils sont assez responsables, il peut prêter les livres aux enfants pour lire à la maison. Dans ce cas là, il note la date du jour de prêt, le nom de l’élève et le livre emprunté.
Avec les plus grands, un élève peut être chargé d’inscrire les prêts dans le cahier. Les élèves aiment ce genre de responsabilité.

Comment faire en Guinée Puisqu’on dit qu’en Guinée, il n’y a pas de livres dans les familles . Est ce que le projet est voué à l’échec ? voici quelques idées pour contourner la difficulté :
1 - Bien communiquer sur le projet avec les familles pour obtenir leur adhésion. Le débat peut être mené par l’APE, la commission culturelle.
2 - Impliquer les élèves, ils n’ont pas l’argent mais ils peuvent essayer de convaincre leurs parents. de participer au projet.
3 - Demander aux famille de donner le prix d’un livre dans l’année. Un livre pour la jeunesse africain coûte entre 25 et 50 000GNF. On peut demander un prix minimum de 25 000. ou une cotisation volontaire plus faible mais qui permettra d’acheter quand même quelques livres.
Les familles ne veulent pas payer ? Que peut faire l’APE ? Que peut faire la Commission culturelle ?
4 – Faire comme en Cote d’Ivoire : les COGES (les comités de gestion composés des parents d’élèves) disposent d’un fonds prélevé sur les frais d’inscription. Une partie de ce fonds est destiné à la bibliothèque de l’établissement. On pourrait de la même façon prélever une partie des frais d’inscription pour acheter quelques livres pour les coins lecture des classes.

Si tous les acteurs de l’éducation (parents, enseignants, direction) veulent la même chose ils trouveront les moyens de l’obtenir.