25/09/2016

Sur les murs, la poésie... en ligne 2°

Faya Yombouno
l’âge melliflu
Je me remémore cet âge melliflu
Je me remémore cet âge florissant
Je me souviens de cet âge chatoyant et ses jours chatoyants confinés dans le manteau chatoyant de mes lointains souvenirs
Je me souviens de mes premières années emballées dans le tchador de la jouissance
Je revois les sillages heureux de mon âge débile défilant sur l’écran de veille de ma mémoire
Je revois les premières saisons heureuses de mes premiers pas défilant sur l’écran de veille de ma mémoire
Je me rappelle cet âge clément consommé sous les aisselles de mes géniteurs
Je me rappelle cet âge chimérique consommé sous l’ombre des auteurs de mes jours
Cet âge mielleux sucé sous l’ombre paisible d’une famille paisible me rappelle un beau petit Patelin perdu
Ce beau petit Patelin où l’astre flamboyant de la nuit suivait mes pas
Ce beau petit Patelin où la véhémence de ma mère-grand me rassérénait
Ce beau petit Patelin où l’empyrée n’était qu’un arbre fruitier à mes belles mirettes
Ce beau petit Patelin où les rayons brûlants de l’astre brûlant me lavaient
Ce beau petit Patelin où je morcelais les plats plantureux avec mon clébard
Ce beau petit Patelin où je miaulais avec Minet le chat
Ce beau petit Patelin
Quand je me le souviens
Cet âge mielleux
Je pleure
Car ça me manque d’être un Pitchoun : aucun raptus et aucune querelle mortuaire.

Faya Yombouno (2° prix concours poésie sur les murs 2016)